Auteur Sujet: Vers un sein naturel  (Lu 921 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mike

  • Mon pc et mes forums son ma passion
  • Administrateur
  • *
  • Messages: 3217
  • Karma: 300
  • Sexe: Homme
  • OS:
  • Windows XP Windows XP
  • Browser:
  • MS Internet Explorer 8.0 MS Internet Explorer 8.0
    • L'hebdo de la gravure
Vers un sein naturel
« le: 10 février 2010 à 19:44:32 »
Un médecin canadien annonce d’ici 25 à 30 ans des reconstructions naturelles de seins


BRUXELLES Près de 9.500 nouveaux cas de cancer du sein sont diagnostiqués chaque année en Belgique. Une femme sur dix environ aura un cancer du sein avant l’âge de 75 ans.

Chaque année, suite à un cancer du sein, des milliers de femmes vont subir une ablation chirurgicale du sein. Dans ce contexte, les recherches qui permettent une reconstruction de la poitrine sont très suivies par les femmes comme par les médecins. D’ici à 25 ou 30 ans, il n’est pas impossible qu’on puisse reconstruire un sein naturel à partir des propres cellules de la patiente, provenant de ses tissus adipeux. C’est du moins ce qu’espère le directeur du Laboratoire d’organogénèse expérimentale (LOEX) du CHA de Québec, le Dr François Auger.

Les tissus graisseux pourraient ainsi être de précieux alliés dans la recherche sur la reconstruction tissulaire. La culture de cellules souches extraites des tissus adipeux trouve différentes applications en génie tissulaire, notamment pour réparer des cartilages ou des vaisseaux sanguins. C’est l’un des champs d’expertise du LOEX au CHA, dont les visées ambitieuses ne s’arrêtent pas là. “En association avec le Centre des maladies du sein, on souhaite un jour être en mesure d’offrir aux patientes opérées pour un cancer du sein la reconstruction d’un sein naturel, sans qu’on ait à utiliser de prothèses” , explique le Dr Auger.

Pour l’heure, des chercheurs du LOEX planchent sur la reconstruction de peau touchée par un mélanome, un cancer cutané répandu.

Actuellement, chez nous, pour une intervention microchirurgicale avec utilisation de tissus autogènes, on peut payer jusqu’à près de 3.700 € pour la reconstruction d’un sein.




V. Li.

© La Dernière Heure 2010