Auteur Sujet: Joli mois de mai pour le marché de l'occase !  (Lu 790 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mike

  • Mon pc et mes forums son ma passion
  • Administrateur
  • *
  • Messages: 3217
  • Karma: 300
  • Sexe: Homme
  • OS:
  • Windows XP Windows XP
  • Browser:
  • MS Internet Explorer 8.0 MS Internet Explorer 8.0
    • L'hebdo de la gravure
Joli mois de mai pour le marché de l'occase !
« le: 07 juin 2010 à 19:53:42 »
Après un mois d'avril en hausse, le joli mois de mai récidive et voit les chiffres d'immatriculations de voitures d'occasion bondir encore ! Et de belle façon, puisqu'avec 415 461 véhicules échangés, la progression est de + 6,8 % ! Et toutes les marques sauf exception en profitent... Alors ? Le bout du tunnel pour les vendeurs ?

Cela fait trois mois que le marché de la seconde main progresse. Mars (+ 3,7 %), avril (+ 4,4 %) ont montré la voie à mai, qui revient à peu près au même niveau que 2008, soit un niveau "avant crise"...

Les véhicules de moins d'un an progressent les plus fortement (+ 18,2 %) à 31 722 unités. Une belle santé due au retour en grâce des occasions récentes, aux tarifs mieux ajustés face aux véhicules neufs remisés, et au retour sur les parcs des retours de location courte durée.

Les véhicules de 1 à 2 ans sont les seuls à régresser légèrement (- 0,8 %) à 31 679 unités.

La tranche d'âge des ¾ ans progresse de 9,8 % avec 59 619 transactions. Une forte progression due, peut-être, également au retour des véhicules de location, longue durée cette fois, sur le marché.

Enfin les véhicules de 5 ans et plus ont gardé une forte attractivité, et voient leurs immatriculations boostées de 6,7 % cette année par rapport à 2009. Ce sont donc 262 441 voitures qui se sont échangées le mois dernier.

Ces bons chiffres sont des signes positifs pour tous les acteurs du marché de l'occasion, y compris les particuliers. Les véhicules de deuxième main semblent retrouver leur succès d'antan, certainement aidés par la baisse des aides gouvernementales, qui rendent mécaniquement moins attractifs les véhicules neufs. Pour preuve, le marché du neuf, lui, se casse la figure, à – 11,5 %.